UTILISER LES NEURONES MIROIRS POUR OBTENIR CE QUE VOUS SOUHAITEZ

QUELS BENEFICES ALLEZ VOUS GAGNER EN CONNAISSANT LES NEURONES MIROIRS ?

Vous allez comprendre LA CAUSE DU COMPORTEMENT OU DE L'EMOTION DERANGEANTE DE VOTRE ENFANT

effet pygmalion

CE QUE VOUS ALLEZ DEVELOPPER

- Un regard aiguisé pour trouver l'origine du problème
- Des changements d'état d'esprit qui favoriseront le changement de comportement désiré chez votre enfant

illustrer l'effet des neurones miroirs

Vous est-il déjà arrivé d'avoir soudainement envie de boire face à une personne qui buvait?

De ne pouvoir éviter de bailler lorsqu'une personne le faisait devant vous?

Voire même de ne pouvoir vous empêcher de rire face à un bon fou rire ?

LA CAUSE DE SES COMPORTEMENTS ETRANGES ?
LES NEURONES MIROIRS

UN PEU D'HISTOIRE :
LA DECOUVERTE DES NEURONES MIROIRS

En 1990, des neuroscientifiques italiens mènent des expériences scientifiques sur des macaques. Ils installent des électrodes sur la tête des singes pour observer leur activité neuronale.

Ils donnent une cacahuète à l’animal et regardent l’aire cérébrale activée. Puis, un des chercheurs mange devant lui une cacahuète. 

Surprise! Que le singe mange une cacahuète ou qu’il observe le chercheur en manger une, c’est exactement la même aire cérébrale qui s’active.

La simple observation réussit à activer les neurones moteurs qui servent normalement à exécuter l’action de manger.

Comme les neurones activées étaient les mêmes que ceux de la personne observée, alors même qu’ils ne mangeaient pas, ces neurones furent appelés “neurones miroirs”.

Suite à cette découverte, de nombreuses expériences sur les humains furent menées.

 

QU'EST-CE QU'UN NEURONE MIROIR EXACTEMENT ?

Les neurones miroirs s’activent dans deux cas :

Quand on regarde une personne faire une action

Quand on s'imagine en train de faire une action

Les neurones miroirs serviraient, par conséquent, à créer une représentation de l’action

pour pouvoir, ensuite, effectuer cette action.

QUE SE PASSE T-IL DANS LE CERVEAU ?

Voici une description du processus des neurones miroirs issue du livre “Aider son enfant à développer son empathie” (p6-7) de Stéphanie Couturier. Cette dernière explique simplement comment le processus d’empathie s’active au niveau neuronal.

“Dès la naissance, chacun de nous est “programmé” pour être empathique. Cette capacité fait en effet partie d’une activation de certaines zones du cerveau (l’amygdale et le cortex) qui, grâce à des circuits neuronaux spécifiques, vont créer une connexion dans le traitement de l’information, qui nous permet de comprendre ce que peut ressentir l’autre.”

LE CORTEX CEREBRAL

Il est présent sur les deux hémisphères du cerveau. C’est ce qu’on appelle la “matière grise”. “Il est responsable de la motricité volontaire mais aussi de la sensibilité, de l’intelligence et de la conscience.”

L’AMYGDALE

“C’est le siège de la mémoire affective et émotionnelle.”

Entre ces deux zones, des “circuits neuronaux spécifiques […] créent une résonance motrice dans le traitement de l’information émotionnelle. C’est le même réseau qui s’active lorsque nous regardons quelqu’un faire une action et lorsque nous nous imaginons faire cette même action. Il est à l’origine de l’empathie: il nous permet de comprendre ce que peut ressentir l’autre dans telle ou telle situation.”

UN EXEMPLE CONCRET

Lors de ma première année de danse orientale, j’eus de grandes difficultés pour parvenir à faire un mouvement particulier : le tremblement.

Je remarquai dans mon cours, une fille qui l’exécutait parfaitement bien. Etonnée, je lui demandai comment elle avait appris à le faire aussi bien.

Elle me raconta que, quand elle était petite, lors des fêtes familiales, elle restait assise dans un coin à observer les gens danser. Puis un jour, alors qu’elle avait approximativement 10 ans, elle se leva et se mit à danser et à trembler parfaitement bien avec les autres.

 

Elle n’avait jamais pris de cours de danse, ni même avait perfectionné les mouvements par la pratique. L’observation répétée des danseurs avait suffisamment activé les neurones moteurs pour qu’elle puisse être capable de passer à l’action.

 

D’ailleurs, dans une fratrie, comme les cadets observent beaucoup leurs aînés, ceci pourrait expliquer pourquoi ils tendent  souvent à avoir une meilleure motricité.

 

EN RESUME

QUE VOUS REGARDIEZ UNE PERSONNE EN TRAIN DE LIRE

QUE VOUS LISIEZ UN LIVRE

OU QUE VOUS VOUS IMAGINIEZ EN TRAIN DE LIRE

VOUS ACTIVEZ TOUJOURS LES MÊMES NEURONES

LES NEURONES MIROIRS AFFECTENT
EGALEMENT LES EMOTIONS DE VOTRE ENFANT

ILLUSTRER

Avec les neurones miroirs “nous pouvons non seulement reproduire les comportements intentionnels d’autres personnes mais aussi pressentir leurs états émotionnels. Autrement dit, les neurones miroirs nous permettent d’imiter leurs comportements et d’appréhender leurs émotions.” (p.184, Le cerveau de votre enfant, Manuel d’éducation positive pour les parents d’aujourd’hui de Daniel Siegel)

Ceci explique pourquoi, quand on est énervé, les enfants le sont aussi et peuvent même devenir insupportables. On appelle cela, la “contagion émotionnelle“.

COMMENT FAIRE EN PRATIQUE ?

1) Observer le comportement à changer

3) Changer le comportement à la source

Exemple : Si notre enfant dit trop souvent “non” et que, nous-même, nous disons “non” très régulièrement, l’objectif ici est de réduire, voire de faire disparaître le non.

 

Dans le cas de ma fille qui souffre d’un trouble de l’opposition, j’ai pris l’habitude de répondre “oui” suivi d’un “lorsque je serai plus disponible” ou “quand on aura fait ça” ou bien encore “plus tard peut-être”.

Depuis, il y a beaucoup moins d’oppositions dans nos échanges. 

Ce qui n’est pas du tout le cas entre ma fille et sa grand-mère qui continue à lui dire “non”. 

2) Chercher les situations où ce comportement se produit

Votre enfant a observé ce comportement. Ce dernier est reproduit grâce aux neurones miroirs.

Par conséquent, qui, dans l’entourage de votre enfant (père, mère, grands-parents, professeurs, camarades, cousins…), a un comportement similaire? 

4) Garder le comportement correct même en jouant

Si, par exemple, votre enfant a peur d’aller chez le dentiste et que, lorsque vous jouez avec lui vous criez “aïe” lorsque votre enfant jouant au dentiste vous soigne. Pensez-vous que cela va renforcer la confiance ou la méfiance?

Il est donc préférable de faire remarquer que ça a été tellement rapide que vous ne vous en êtes même pas rendu compte, que vous êtes content d’être guéri et de ne plus avoir mal.

QUE FAIRE SI VOUS NE POUVEZ PAS SUPPRIMER LE COMPORTEMENT A LA SOURCE ?

Vous ne pouvez pas agir à la source ? Dans ce cas, il est important de comprendre que les neurones miroirs font partie d’un mécanisme automatique et inconscient. Toutefois, le libre arbitre est toujours présent. Et une personne peut toujours faire le choix de faire autrement.

Par exemple, si vous êtes non fumeur, il vous est certainement arrivé de voir des personnes fumer sans pour autant vous mettre à les imiter.

Il est donc important d’expliquer à votre enfant qu’il reproduit (via les neurones miroirs) le comportement d’une autre personne, que cela ne lui appartient pas et qu’il a la possibilité de faire autrement s’il le souhaite.

Peut-être qu’il ne changera jamais, ou peut-être qu’il le fera mais plus tard. Cela dépendra de son intention. Mais mettre la lumière sur quelque chose inconscient sera toujours plus aidant que de ne pas en avoir conscience.

EN CONCLUSION

Si vous désirez que vos enfants développent de réelles aptitudes relationnelles, communicationnelles, empathiques, il faut avant tout lui apporter des modèles qui correspondent à vos attentes.

Si vous tapez votre enfant pour qu’il vous écoute, par exemple, il utilisera à son tour la violence pour obtenir ce qu’il souhaite dans le présent ou dans le futur.

A l’inverse, si vous utilisez une communication efficace pour gérer les conflits, votre enfant utilisera la communication pour régler les différents.

 

RESUME EN VIDEO

Quelques lectures pour approfondir le sujet

La communication positive parents enfants 

de Sophie Néel

illustrer la bibliographie

Le cerveau de votre enfant

Manuel d’éducation positive pour les parents d’aujourd’hui

De Daniel siegel

illustrer la bibliographie

Aider votre enfant à développer son empathie

de Stéphanie Couturier

bibliographie
Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •